Blood Red Shoes + Wallace Vanborn @ le Trabendo, Paris.

It’s Getting Boring by the Sea | It Is Happening Again | Light It Up | You Bring Me Down | Count Me Out | When We Wake | Say Something, Say Anything | Don’t Ask | This Is Not for You | Keeping It Close | Doesn’t Matter Much | I Wish I Was Someone Better | Heartsink | One More Empty Chair | Colours Fade

Déjà sachez que les Belges de Wallace Vanborn envoient du bois, allez leur dire bonjour sur LeurEspace.

Un an presque jour pour jour après ce soir-ci, dans la même salle que ce soir-là, alors qu’on ne les a pas vus depuis cet autre soir, Blood Red Shoes livre le parfait mélange des trois fois passées : set carré qui déboîte, lumière moyenne et Laura-Mary Carter qui reste sur sa réserve la moitié de la soirée, laissant Steven Ansell s’occuper des « Hé Paris comment qu’c’est les gros, ça guet’s môl ? » et autres « bôh allez lå lâchez-vous un peu et tapez des mains les gros alleeeez-lààà » de rigueur1. Carter, de son côté, reste réservée et concentrée sur son truc, balançant ses morceaux à la chaîne et se tournant périodiquement vers Ansell pour savoir si tout va bien. Et tout va bien, oui. La setlist est parfaitement équilibrée entre l’ancien et le nouveau, entre l’incendiaire et le lascif, la salle acquise à la cause. Tous les brûlots y passent : Light It Up, You Bring Me Down, mais surtout cet I Wish I Was Someone Better décidément increvable. Puisqu’on se passe de rappel [ou plutôt « on va éviter de faire semblant de partir et plutôt continuer tout de suite, ça nous fera gagner du temps », sic], la pression ne retombe pas d’un coup, mais plutôt graduellement à travers un Colours Fade lourd et long à souhait, dérangeant, malsain, parfait.

Et de sortir comme d’habitude en psalmodiant les traditionnels betteriwishiwassomeonebetteriwishiwassomeonebetter.

Certaines choses ne changent pas. C’est pas plus mal.

Blood Red ShoesI Wish I Was Someone Better

Wallace Vanborn

Blood Red Shoes

_____

1 De rigueur si on si l’on suppose que la scène se déroule dans un monde où les Anglais parlent très bien le lorrain.

5 Commentaire

Participez à la discussion et dites-nous votre opinion.

LaGommeInarépondre
8 décembre 2010 à 12 h 07 min

Han mais Blood Red Shoes c’est très bien en fait. Je crois que je confondais avec un autre groupe chiant.

(oui, et donc, c’est toujours le lendemain des concerts que les révélations arrivent, toujours)

8 décembre 2010 à 12 h 40 min
– En réponse à: LaGommeIna

Étourdie que tu es, tu confonds avec Blood Red Choucroute, leurs cousins maléfiques œuvrant pour l’avènement d’un nouvel ordre mondial qui nous imposera du rock de bas étage et du chou fermenté à tous les repas !

Sfarrépondre
8 décembre 2010 à 12 h 38 min

Dis donc t’es sacrément balaise en Blood Red Shoes!
j’aime bien ce jeu de couleurs sur le set photo dis donc.

8 décembre 2010 à 12 h 42 min
– En réponse à: Sfar

Merci merci.
C’est mon admiration sans borne pour Laura-Mary Carter qui se ressent sur les clichés. Elle est transcendante, t’vois. Hum.

Dix ans de titres. | Wallendorffrépondre
30 juin 2014 à 16 h 19 min

[…] Blood Red Shoes + Wallace Vanborn @ le Trabendo, Paris. […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :