Nada Surf @ le Trabendo, Paris.

Weightless | Whose Authority | Happy Kid | Inside of Love | Killian’s Red | What Is Your Secret? | Love Goes On (The Go‐Betweens) | Fruit Fly | 80 Windows | Enjoy the Silence (Depeche Mode) | Electrocution (Bill Fox) | Blizzard of ’77 | Ice on the Wing | The Way You Wear Your Head | Blonde on Blonde | Love and Anger (Kate Bush) | Hi-Speed Soul | See These Bones || Do It Again | Always Love | Blankest Year

[Ça n’a rien à voir, mais Washington n’est qu’une bande de crétins.]

Quatre ans et trois jours après un Bataclan fort joyeux1 ― époque bénie aux post-apéros de sainte Leffe Triple, c’est loin tout ça ―, le trio nous refait la même, pas en mieux mais en tout aussi bien. Nada Surf reste une valeur sûre, ils ne changent pas vraiment, affichent toujours la même joie de monter sur scène et sont toujours aussi disponibles pour leur public, pour sa part toujours aussi fidèle. Nada Surf, c’est la certitude d’une soirée de printemps réussie avec ses bières sur la terrasse du Trabendo, ses morceaux qu’on retrouve avec plaisir et ses reprises tirées de cet If I Had a Hi-Fi qui nous les rend encore plus familiers ; une mention spéciale pour la version d’Enjoy the Silence, pas aussi bien que celle du Matthew Good Band mais pas loin, ponctuant comme il faut un set convivial d’un bout à l’autre, où tout le monde se marre quand le Daniel Lorca en vient aux dents avant Do It Again pour sortir le bout de jack qu’il vient de casser dans sa basse ou quand le Matthews Caws doit recommencer Always Love deux fois à cause de sa guitare désaccordée. Une version de Blankest Year mortelle avec ses chœurs, sa trompette et son theremin clôt les débats, achevés au bout de deux heures dans la joie universelle, la bonne humeur collégiale et l’absence totale de Popular.

« Ils se sont affranchis de leur Creep », me glisse-t-on dans l’oreille.

Pas faux. À part que Creep est un morceau nase.

 Nada SurfBlankest Year

_____

1 Oui, il y a eu un Olympia entre temps, mais le 7 octobre 2008 j’avais bien mieux à faire. Vraiment.

9 Commentaire

Participez à la discussion et dites-nous votre opinion.

Gertrude / Bonnierépondre
29 avril 2010 à 12 h 48 min

C’est Daniel LORCA, RAH LA LA !!! 😀
Ils étaient fringués pareil à Lausanne, Nada Surf, groupe d’économies vestimentaires 🙂

Et pour développer un peu sur le concept de « Creep », je voyais ça plutôt comme le fait de s’être affranchi de leur « tube », de leur morceau maudit écrit en 30 minutes, qui fouta le feu à la foule back in the 90’s et qu’ils ne peuvent plus écouter ni jouer sans avoir la nausée.

Après, je ne souhaite pas alimenter le débat sur la légende comme quoi Creep serait un morceau de merde, parce que j’ai juré honneur et respect à Thom Yorke et son oeuvre en entrant dans la secte des fans hardcore de Radiohead.

29 avril 2010 à 12 h 53 min
– En réponse à: Gertrude / Bonnie

Purée je me demande d’où est venu ce lapsus, c’est inexplicable. Merci pour la correc’.

Ouiche c’est exactement comme ça que je l’ai pris en fait, même si je l’ai mal restitué [sinon ton commentaire dirait plutôt « han mais c’est EXACTEMENT mon avis »]. Pour Creep je dis ça surtout pour faire bisquer les fans de Radiohead. Il n’est pas affreux comme morceau à mon sens, mais simplement anecdotique. Il ne m’a jamais ému.

29 avril 2010 à 14 h 33 min

Quand je les avais vu en… 2005 ?, ils n’avaient pas non plus joué Popular, du coup je leur avais demandé pourquoi du comment. Et Daniel de me répondre quelque chose comme « Pourquoi faudrait-il qu’on la joue ? », avant de m’expliquer qu’ils considéraient ce morceau comme les autres, parfois ils le mettaient dans la setlist, parfois non. Bref.

29 avril 2010 à 14 h 35 min
– En réponse à: Zys

[Ouhlà mais ça nous rajeunit pas, ma bonne dame.]

Dans l’absolu il n’a pas tort. Et c’est vrai qu’il est mieux de ne pas se cantonner à ce qu’on attend de vous. Cela étant, cela n’aurait pas fait tache hier en guise de second rappel, je trouve.

Guic’ the oldrépondre
29 avril 2010 à 15 h 00 min

C’est marrant, parce que finalement, Nada Surf est un groupe dont… ben je me fous un peu. Et pourtant, High / Low est un des premiers albums que j’ai révéré totalement.
Aujourd’hui encore j’adore cet album. Mais bn, « The Weight is a gift » tout ça quoi. Je préfèrais quand il envoyaient du lourd quoi. Mon côté beauf, peut-être.

30 avril 2010 à 10 h 54 min
– En réponse à: Guic' the old

T’es pas le seul dans ce cas. Perso je les aime bien parce qu’ils sont cools, qu’ils n’ont jamais joué les rock stars et qu’ils restent très ouverts. Le côté humain ça compte, parfois.

Wilfried Von W.répondre
30 avril 2010 à 15 h 36 min

Par contre il semblerait qu’ils ne vieillissent pas, étrange…

4 mai 2010 à 10 h 25 min
– En réponse à: Wilfried Von W.

C’est justement ça qui est bien. Ça leur donne un côté rassurant, comme Robert de dans Twilight.

Peterépondre
6 mai 2010 à 14 h 05 min

Ah, l’éternel débat entre les morceaux qui plaisent au public et ceux qui plaisent au groupe !!

En tout cas, c’est vrai qu’ils sont attachants, loin du gros business, et je trouve qu’ils ont toujours eu un son énorme et une bonne cohésion sur scène. Ils seront à la Maroquinerie les 19 et 20 Juillet.

Et puisqu’on est dans les alboums de reprise, à noter que Supergrass se sépare et que le groupe amputé de son bassiste continue sous le nom des Hotrats, avec à la clé un disque fort respectable de reprises juste guitare/batterie bien sympathique: http://www.smahut.com/BlogQuenelle/2010/01/25/the-hot-rats-turns-ons-2010/

Cheers

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :