Stereophonics @ l’Olympia, Paris, 4 février.

Y a des soirs comme ça où tu ne peux entrer que juste avant l’entrée sur scène du groupe, où celui-ci décide de n’éclairer que le fond en restant à contre-jour, où le peu de lumière qu’on voit est sursaturé et où tu te trouves de l’autre côté de la scène au moment où Petit Jones fait son mouvement de Gibson SG super-swingué. Des soirs où veinard, le flash d’un compact derrière toi t’éclaire une photo ― la quatrième ― mais sur laquelle tu dois reconnaître qu’il a une tête de pingouin et que c’est con, quand même. Meilleur chance prochain temps, comme disent les Poitevins.

 Titus AndronicusRichard III

4 Commentaire

Participez à la discussion et dites-nous votre opinion.

Annie-Maerépondre
6 février 2010 à 14 h 19 min

Tête de pingouin et voix de canard, si je peux me permettre.

8 février 2010 à 12 h 47 min
– En réponse à: Annie-Mae

Oui, bon, j’avoue.
[Et petit avec ça, mais petit !]

Gertruderépondre
8 février 2010 à 10 h 56 min

Nom de nom, il y avait de la houpette, c’était sérieux ou je ne m’y connais pas !

8 février 2010 à 12 h 48 min
– En réponse à: Gertrude

C’est vrai que maintenant que tu le dis… C’est pour renforcer l’effet canard je pense.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :