Editors @ Le Trabendo, Paris, 27 janvier.

Et pour couronner le tout, je ne peux plus mettre à jour ma gigography parce qu’il faut que je me tape 53 pages de tableau de bord général pour aller éditer mes notes Upcoming shows et Past shows qui datent d’août 2004.

La nouvelle formule ne me plaît pas. C’est un vaste bordel inbutinable, l’interface est moche et je découvre au fur et à mesure de plus en plus de fonctionnalités sympas qui ont disparu. Je n’ai pas envie de refaire la mise en page, pas plus que de réorganiser les liens, et c’est à peine si j’ai envie de belöguer, au final.

En fait, lors de la migration, un élément fondamental de 20six est passé à la trappe : la convivialité. Sans cet élément, plus aucune raison de rester sur cette plate-forme ; autant se faire un belögue à soi, dans son coin, ailleurs.

Pour changer de sujet, parce que quand même, hein, y a plus grave dans la vie, à part ça ça va bien : J’ai été soufflé par la prestation d’Editors au Trabendo hier soir. Je m’attendais à un show assez dépressif, à une ambiance encore plus glaciale que la température extérieure, et au final le quator nous a livré le concert de l’année1, Tom Smith passant l’heure littéralement en transe, penché sur le public, exhortant tout le monde à se bouger le cul. On a même eu du slam et du mouvement de foule, genre. Un truc que j’aurais pas attendu d’un groupe sur disque qui semblait aussi flegmatique qu’Interpol. À rééditer2.

Après, j’ai bu du blanc avec des gens. On ne peut qu’être heureux en buvant du blanc avec des gens.

Je tiens également à remercier ma joyeuse assistante pour les nombreuses qualités qu’elles a su déployer tout au long de la soirée.

Tiens, au passage, si quelqu’un connaît le nom du groupe qui était en première partie, merci de me le dire. J’ai une ou deux photos potables d’eux et j’aimerai les classer sous autre chose que « groupe inconnu ». Merci d’avance.

If something has to change then it always does
If something has to change then it always does
Oh, you don’t need this disease, not right now
No, you don’t need this disease, not right now

 EditorsBullets

/Edit: Impossible d’insérer la bande-son, on ne peut pas éditer le code HTML de la note et quand j’essaie juste d’insérer un fragment de code, il m’efface tout le reste. En gros : Il va falloir aller vous acheter le disque. Désolé, les gros.

_____

1 Oui, bon, c’était le premier de l’année, aussi.

2 Ah, ah.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :